L’hôpital aura pour vocation de proposer des soins de médecine préventive et de médecine curative aussi bien à la population locale qu’à celle des villages et hameaux environnants.

Médecine traditionnelle tibétaine et médecine conventionnelle :

Le médecin affecté au centre hospitalier de Nianlong dispose d’une formation à la fois traditionnelle (médecine tibétaine), et conventionnelle (médecine allopathique). Cette double compétence lui permet de mieux répondre aux besoins de la population, dans le respect de ses habitudes et de ses croyances ancestrales. Utilisée avec succès depuis des centaines d’années, la médecine tibétaine est accessible à tous, notamment  par sa pharmacopée composée de substances naturelles disponibles localement. Cependant, très peu de personnes sont formées à cette science et il est difficile de trouver des praticiens qualifiés pour enseigner. Il devient urgent de remédier à cette situation pour éviter que ce savoir ancestral ne disparaisse et que les habitants des régions rurales ne soient privés de ces soins médicaux.

Il est envisagé à moyen terme, en cas de blessures ou de traumatismes bénins, de pouvoir pratiquer des opérations de chirurgie légère.

L’hôpital

La construction de l’hôpital a débuté en juin 2011 et s’est terminée en septembre de la même année.
L’hôpital est opérationnel depuis février 2012.

Son aménagement

L’hôpital comprend dix pièces, dont huit sont réparties de chaque côté de la pièce principale. La dixième pièce, un reliquaire, se trouve à l’étage et comprend notamment un endroit de prière et de recueillement.
L’accès aux différentes salles se fait par l’intermédiaire d’un sas, isolant ainsi l’intérieur de l’hôpital du froid.
Les analyses d’urine sont pratiquées dans une des pièces ; cette technique, ainsi que celle de la prise du pouls son les techniques les plus utilisées pour établir un diagnostic. L’analyse de l’urine, par le médecin,  se fait après que cette dernière ait été chauffée, dans une pièce différente de celle de la consultation.

  • La pharmacie se trouve dans la pièce principale. Les différents composant de la pharmacopée y sont entreposés dans des bocaux
  • Les consultations et les perfusions se font dans l’aile gauche, dans la même pièce pour des raisons d’économie de chauffage. Quinze lits sont mis à la disposition des patients.
  • Les deux dernières pièces de l’aile gauche servent pour le moment de rangement.
  • Dans l’aile droite, se trouvent deux pièces pour le moment inoccupées. Il est projeté d’y installer des bains médicaux.
  • Le médecin a son appartement dans l’aile droite.
  • La dernière pièce de l’aile droite est utilisée pour entreposer les ingrédients de la pharmacopée, les médicaments, ainsi que le matériel servant à la fabrication des remèdes.
  • Enfin, on trouce une pièce aménagée en petit réfectoire pour le personnel médical.

Son équipement

  • Chaque pièce de l’hôpital, ainsi que le sas, ont été équipés d’un revêtement de sol qui permet d’isoler l’ensemble du bâtiment.
  • La pièce des consultations et des perfusions a été équipée de lits et de banquettes pour recevoir les patients.
  • Deux chauffages (poêle) ont été installés dans la pièce des consultations et des perfusions (aile gauche), ainsi que dans le réfectoire (aile droite).
  • La pharmacie a été équipée d’étagères, de placards et de bocaux pour le rangement des remèdes et traitements.
  • Une pompe à eau a été installée après la réalisation d’une tranchée, représentant un mois de travail.
  • Un groupe électrogène a été acheté, permettant ainsi de pallier au manque d’électricité et sera déterminant pour l’installation des bains médicaux.
  • Un véhicule tout terrain a été acheté et s’avère vital pour le fonctionnement de l’hôpital.

Les locaux

  • Une salle de consultation
  • Une salle de soins équipée
  • Une pharmacie
  • Une salle pour la fabrication de la pharmacopée tibétaine
  • Une salle d’attente
  • Un dortoir
  • Une cuisine et une salle à manger
  • A l’étage, un temple dédié au Bouddha de la Médecine
  • Le logement du médecin

Son personnel

  • Un responsable,  originaire de Nianlong et administrateur d’une des 6 vallées.
  • Un médecin moine, originaire de la province du Quinchai où il exerçait déjà dans un hôpital gouvernemental.
  • Une assistante originaire de Nianlong.

Les équipements

  • Des équipements divers pour l’aménagement de l’hôpital.
  • Un véhicule tout terrain pour assurer l’intendance et le transport des patients en cas d’urgence.
  • Une pompe pour le captage de l’eau.
  • Un panneau solaire.
  • Du matériel pour la fabrication de la pharmacopée tibétaine.
  • Du petit matériel médical.

Photos de la construction