Le village de Nianlong compte 2500 habitants et se situe dans une vallée à près de 3500m d’altitude. Pour ces habitants, comme pour pour ceux des vallées et villages environnants, la construction de cet hôpital représente le seul centre de soins possible.

En hiver et en période de dégel, soit environ 7 mois par an, la vallée de Nianlong et les six vallées voisines se trouvent fréquemment isolées par l’impraticabilité du seul col desservant la région.

Privée d’infrastructure, de route principale, et de services de secours, la population ne peut donc bénéficier de soin, ni de suivi sanitaire durant cette période. Les moindres infections, affections et  traumatismes deviennent fréquemment mortels.
La lutte conte la mortalité surtout infantile est l’un des défis majeurs de cet hôpital.

Lorsque le climat est plus favorable, en été, les conditions de vie sont, elles, très rudes et les constats suivants sont facilement observés :

Une population démunie :

  • Pas de distribution d’eau courante : il faut aller chercher l’eau à une rivière située en contrebas de l’hôpital, à environ 600 m.
  • Insuffisance de l’alimentation électrique : un générateur installé dans un village voisin alimente Nianlong, seulement l’été, en courant électrique au moyen d’une installation très rudimentaire ; chaque foyer n’étant autorisé qu’à une seule ampoule.
  • Absence d’infrastructures routières : à l’exception de chemins vicinaux difficilement praticables et d’une route peu aménagée, le village reste presque totalement isolé.
  • Inexistence des installations sanitaires : il n’existe aucun établissement de soin ni de santé publique à Nianlong, ou à proximité. En dehors des périodes enneigées, il est possible de se déplacer jusqu’à l’hôpital chinois de Barkham, assurant les actes de chirurgie. Ce déplacement nécessite 2 jours de voyage et représente un coût trop important pour des populations défavorisées.

Aucune aide financière :

  • le village ne bénéficie d’aucune subvention ni d’aucun soutien financier provenant des pouvoirs publics ou des collectivités locales.

Pathologies fréquemment observées :

  • Épidémies de rougeole, cause de mortalité fréquente chez les  enfants et les jeunes adultes.
  • Infections gynécologiques suite à l’accouchement.
  • Infections bronchiques ou ORL.
  • Tuberculose, cause de mortalité fréquente.
  • Maladies du foie, (Douve…), Leptospirose, Maladies rénales (néphrites, calculs, infections…)
  • Gangrène.
  • Pathologies gastriques.
  • Infections purulentes et suppurées.
  • Infections dentaires.
  • Traumatismes physiques après des chutes.